Défilé blanc à Sao Paulo

La Fashion Week Brésilienne qui a débuté le 13 Juin dernier a fait parlé d'elle et ce n'est pas uniquement à propos des marques qui y étaient représentées. On reproche au podium de Sao Paulo d'avoir consciencieusement ses mannequins. Dans le détail, le nombre de top models blancs dépassait largement celui des noirs. Ce qui n'est pas du tout du goût des militants.

Sous le prétexte que la population noire serait trop pauvre pour "justifier le recrutement de minorités ethniques", les organisateurs de l'évènement n'ont pas cherché à démentir cette pratique. A cet argument, les militants ont répondu que pas moins de 50.8% de la population brésilenne actuelle était afro-brésilienne; un fait qui ne semble pas ébranler les convictions des marques de luxe. Pour autant, les défenseurs des droits des "minorités ethniques" ne baissent pas les bras. Ils revendiquent un quota de 20% de models représentant la diversité ethnique. Et Frei Davi Santo d'ajouter au journal the Guardian " nous ne pouvons accepter la persistance du milieu de la mode à devenir un bastion de l'eurocentrisme.[...] la Fashion Week de Sao Paulo a répandu l'image d'un Brésil suisse  ou tout le monde a la peau blanche et les yeux bleus. Les organisateurs de l'évènement ont oublié que la moitié de la population est noire".

Après une étude, un quota avait déjà été imposé en 2008. L'enquête avait en effet révélé que sur 1128 mannequins, seuls 28 étaient noirs.Cependant, l'impacte de cet directive reste faible selon les militants qui dénoncent le manque de coopération des grands labels qui ne joueraient pas le jeu. Vivian Whiteman, journaliste de mode n' hésite pas à expliquer que chez les clients l'association marque de luxe/noir suscite encore du rejet. L'agent booking Bruno Soares lui, constate que pour des raisons historiques "la population noire au Brésil est pauvre et n'est pas consommatrice de mode. [...]C'est le cruel diktat de la mode", avoue t-il.

Santos déplore le fait que l'industrie de la mode soit en retard en ce qui concerne l'intégration raciale, face à des institutions publiques comme l'école. Il souligne également la tendance au Brésil à mettre en avant ses caractéristiques européennes au mépris de la population noire.

Source: www.dailymail.co.uk

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Qui sommes-nous ?/Who we are Plan du site/Sitemap - Partenaires/Partners - Contact 

Tous droits réservés/All risghts reserved - © 2016 www.beaute-ebene.com