Manque de personnel qualifié dans le milieu de l'ethno-cosmétique - Lack of skilled professionals in the ethno-cosmetic sector

Comme beaucoup d'autres jeunes diplômés, les apprentis du secteur de la beauté ne sont vraisemblablement pas assez préparés à la réalité du terrain.  

Au vues de la densité de la population dite ethnique en France (les populations ethniques représentent environ 14 millions de personnes, soit 20% de la population française et selon l’Ined, ces dix dernières années, un mariage sur 7 est un couple mixte dans l’Hexagone) et de son évolution qui va grandissante, pourquoi ne trouve-t-on encore en 2011 que de très rares professionnels de la beauté qualifiés pour s'occuper des problèmes esthétiques spécifiques concernant leur peau et leurs cheveux ?  Ce n'est pourtant pas faute de demande car on entend par population ethnique : la peau noiremétis et mate. Heureusement, on trouve de plus en plus demarques afro dans les boutiques spécialisées et également dans certaines grandes surfaces (dans une moindre mesure bien sure). 

Mais revenons au problème du jour. La France manque de personnel qualifié dans ses centres esthétiques, dans ses salons de coiffures, dans ses cabinets médicaux (en particulier en dermatologie).  

Anecdote : une après-midi ensoleillée, assise dans un salon de coiffure afro réputé, j'entend ma coiffeuse avouer qu'en école d'esthétisme et de coiffure, les apprentis ne sont pas formés pour s'occuper des noirs. Puis elle ajoute : "On apprend sur le tas". De quoi me faire paniquer, ma tête se trouve donc entre les mains du hasard ! Trop tard, mes cheveux sont déjà mouillés. Et effectivement, son brushing n'avait rien d'extraordinaire. Rien que je ne sache déjà faire moi-même.  

Conclusion : Nous sommes donc condamnées à nous occuper de nous-même toutes seules, surtout avec le prix que l'on doit mettre dans les prestations de services - je pense que l'on se rejoint toutes sur ce point. Votons pour la diversité dans le monde de la cosmétique. 

As many other graduate, apprentices in the beauty sector in France are not ready to deal with reality.

Considering ethnic data (“ethnic population" account for around 14 million people, i.e. 20% of the French population and according to the INED in the last 10 yeats, 1out of 7 marriages is mixed) and the growing trend to interbreed, why is there still that few beauty professionals who know how to take care for afro aesthetic issues ? Yet the demand is huge because we call “ethnic population” : black, mixed and very fair brown skin. Luckily, we can find more and more brands for us in specialized stores and in supermarkets (to a lesser extent).
 
But let’s go back to he subject. There is not enough skilled beauty professionals to take care of afro aesthetics in France in beauty institutes, hair salons, and at doctors’ practices (especially in dermatology).
 
Anecdote : one day in the afternoon I was in a well known afro hair salon in Lyon and I heard the hairdresser confess that at school, hairdressers and aestheticians are not trained to take care of black people. Then she adds : “we learn on-the-job”. I was panicked and prayed for me to be lucky...Well the hairdresser blow dried my hair the very same way as what I can do myself !
 
Conclusion : We are condemned to take care of our own hair by oursleves over and above the fact the price that it costs. I think we all agree about this. Let’s vote for diversity in the cosmetic world.

 


  

Commentaires (5)

1. Ange 17/08/2011

Angélique H.:Tout a fait d'accord, en ecole d'esthétique par exemple, nous n'apprenons absolument rien sur les spécificités des peaux noires, j'ai due m'acheter des livres de dermatologie très cher pour apprendre (l'école coûte déjà assez cher), de plus si vous n'avez pas la chance d'avoir une camarade de classe noire vous n'apprendrez jamais les techniques de maquillage des peaux noire et d'ailleur certaines profs d'esthétique ne savent pas maquiller une peau noire, je me souvient à l'école lorsque qu'elle faisait une démonstration sur moi pour montrer aux élèves c'était catastrophique, je pense que la communauté devrait s'organiser afin qu'on traite des spécificités du cheveux et de la peau noire dans les ecoles d'esthétique et de coiffure.
Ou alors créer un centre de formation en esthétique et coiffure afro (le seul hic c'est que je trouve dommage d'être obliger de se spécialiser dans la beauté afro alors que tous cela pourrais s'apprendre en école d'esthétique et coiffure), Déjà Christelle Kedy à pris une bonne initiative sur ce sujet, travaillons tous ensemble à ce que les choses bougent!!!!

2. Ange 17/08/2011

En école d'esthétique il ya une grosse pression "esthétique", moi qui avait à l'époque un big afro bien crépu dont je prennais grand soin, je me suis fait réprimender en cours de pratique, cette forte pression m'a pousser à me défriser les cheuveux afin que ma note de présentation soit plus élevé (je l'ai bien regretté plus tard), voilà les réalités.
Pendant la préparation de mon exam, ma profs m'a même déconseillée de prendre un modèle noir parcequ'il serait difficile pour le jury de me noter, c'est inadmissible!!!!

3. flo 17/08/2011

Bonjour,

C'est vrai que c'est édifiant et c'est bien triste que cette jeune fille ai dû se défriser. Cependant je pense que comme Ange l'a dit des initiatives comme celle de Mme Kedi vont beaucoup nous apportées. C'est à nous de soutenir ce type d'initative. Espèrons que sur le long terme les écoles appeleront ces professionnels là pour savoir comment nous coiffer :)

Je pense également que c'est à nous de leur proposer des services précis Yes we can !!!

4. Michèle 31/08/2011

De formation esthétique-cosmétique, il est vrai qu'en école d'esthétique j'ai été confrontée aux problèmes décrits plus haut. Moi je suis arrivée comme une fleur avec mes dreadlocks de 10ans et personne qui sache comment maquiller ma peau de plus j'ai servi de modèle à une collègue qui m'a carrément appliquée un fond de teint pour peau clair parce que l'école ne disposée pas de ma carnation. De plus en cours de bio on apprend que les peaux noires ne craignent pas le soleil et ne bronzent jamais....Bref! Et de plus dans la réalité du terrain, j'ai constaté que mes soeurs noires ne font pas confiance aux esthéticiennes noires va savoir pourquoi étant donné que nous allons toutes dans les mêmes écoles et que de notre expérience personnelle nous sommes plus aptent à conseiller...
Pour revenir au sujet, Il n'y a qu'à Londres (de ce que je sais) où il existe des écoles spéciales peaux foncées tant en esthétique qu'en coiffure.
Amon examen de BTS j'ai pris pour modèle ma soeur contre les recommandations de mes profs et ca c'est très bien passé...Par contre j'ai du couper mes locks à cause des stages en entreprise...
Depuis je suis à mon compte et je refais pousser mes locks...
ps: je suis contre le blanchiment de la peau et j'aime pas du tout le défrisage (d'ailleurs mes cheveux ne prennent pas, comme quoi c'est un signe...)

5. Dat 11/12/2012

Bonjour, je suis actuellement en école de commerce et je suis à la recherche d'un stage dans l'ethno-cosmétique. Je me dit qu'il y aurait peut-être quelqu'un qui aurait des pistes.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Qui sommes-nous ?/Who we are Plan du site/Sitemap - Partenaires/Partners - Contact 

Tous droits réservés/All risghts reserved - © 2016 www.beaute-ebene.com