Afrique, casse-tête immobilier

La plupart des africains de la diaspora qui tentent de construire une maison dans leur pays d'origine sont souvent confrontés à un mur de briques. Faire confiance à un membre de la famille pour servir d'intermédiaire se révèle parfois être désastreux. Ainsi, les économies d'une vie se retrouvent englouties par l'avidité de personnes sans morale qui pensent à tort que l'on ramasse l'argent sous les arbres en Europe. Avec la hausse des prix sur le continent noir, ce genre de comportements interessés se multiplie ce qui résulte en une explosion de ce type d'affaires portées devant la justice. Les délais sont souvent extrêments longs, les démarches épuisantes et l'aboutissement pas toujours conforme aux attentes. Que faire pour lutter contre ce genre d'arnaques immobilières?

Démarcheurs immobiliers verreux ou membres de  familles peu scrupuleux, leurs méthodes employées pour vous faire débourser toujours plus d'argent ont évoluées. Certains n'hésitent plus à fabriquer des preuves pour abuser de votre crédibilité: photos prises de votre future maison, alors qu'il s'agit de celle du voisin; faux devis, hausse du prix du ciment soudaine et parfois injustifiée... Ainsi de nombreux bâtiments ne sont jamais terminés, d'autres sont cassés. Quelques démarcheurs qui trouvent le secteur porteur n'hésitent pas à revendre la maison plusieurs fois au prix coûtant. Cependant, il existe des solutions pour éviter tout cela, et certains individus de la diaspora l'ont bien compris.

Des sociétés de services offrant un service d'assistance voient le jour. L'une d'entre elles, Aco Management permet aux ressortissants congolais d'être accompagnés en toute sérénité pendant le processus de construction. Depuis 2005, Paul Ywandza fondateur de cette entreprise, propose également un plan de financement et permet aux projets immobilier de pouvoir être pris en charge à 100%. La société s'est élargie  à d'autres pays. Il faut reconnaître avec regret, que l'absence d'organisme  de surveillance est une aubaine pour les ressortissants africains ayant des connaissances du terrain et un minimum d'esprit d'initiative. Etant donné que certains pays ne bénéficient toujours pas de ce type d'entreprise, libre à chacun de créer des solutions solidaires.

D'autres personnes aux revenus peut être plus limité préfèrent mettre leur maison à louer, afin de s'assurer que cette dernière ne passe pas entre les mains de revendeurs, ou de squatteurs. Il existe pourtant une limite à ce procédé, car il suppose que la maison est déjà achevée, or c'est souvent cela qui pose problème.

Devant le multiplication de ce genre d'escroqueries comment se fait-il que la loi n'évolue que peu, voire pas du tout? La diaspora est-elle considérée comme un donateur naïf uniquement destinée à remplir les poches des pauvres africains? Si vous avez été victimes de ces arnaques témoignez-en!

Source: www.afrik.com

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Qui sommes-nous ?/Who we are Plan du site/Sitemap - Partenaires/Partners - Contact 

Tous droits réservés/All risghts reserved - © 2016 www.beaute-ebene.com