Le repassage des seins

Dans les articles précédents, nous évoquions l'excision (mutilation sexuelle des femmes), fléau féminin qui se perpétue depuis de très nombreuses générations. En effet, la femme doit être dénuée de toute envie sexuelle afin de rester pure jusqu'au mariage et ensuite rester fidèle à son mari. Cette coutume est d'autant plus répandue qu'elle sévit aussi bien à la ville qu'à la campagne. Certaines rumeurs font même état de la perpétration de cette forme de violence jusqu'en Europe.

Aujourd'hui, focus sur une autre pratique barbare subie par les jeunes filles: "le repassage des seins". Le repassage des seins serait très répandu au Cameroun (ville) et en Guinée. Cette pratique est censée retarder l'activité sexuelle des filles. Cela consiste à "masser" plusieurs fois par jour les seins des adolescentes avec des pierres, pilons ou autres objets chauffés dans le but de retarder la croissance mammaire. Ainsi ces demoiselles devraient être moins attirantes pour ces messieurs.

Les conséquences: douleurs (physiques et psychologiques), des brûlures, des infections, des coulées de lait. Mais pour les mamans des jeunes filles, il est plus que nécessaire d'en passer par là afin d'éviter les mariages forcés et la contamination par le virus du VIH et autres IST qui sévissent sur le continent. Il est fort à parier que ces jeunes femmes souffriront lors de l'allaitement, mais puisque la fin justifie les moyens selon certaines mères...

Au delà du repassage des seins c'est l'éducation sexuelle et le traitement réservé aux femmes  qui sont en cause. Sans pour autant verser dans le féminisme extrêmiste, on peut se demander pourquoi à chaque fois qu'il est question de soit disant protection maladies infectieuses ou d'activité sexuelle les pratiques les plus violentes s'abattent sur les femmes? Je m'adresse à tous, vous semble t-il logique que d'un côté on interdise aux filles toute activité sexuelle et que de l'autre on donne sa bénédiction aux garçons, avec une bonne tape dans le dos à chaque fois qu'ils papillonnent? Attention, je suis loin de prôner le libertinage sexuel que ce soit pour les garçons ou pour les filles, mais la société doit cesser d'être schizophrène. Pas étonnant qu'on n'obtienne aucun résultat dans ces conditions, car si ma mémoire est bonne les femmes ont des rapports sexuels avec des hommes. A partir de là, la faute ne peut incomber à une seule partie. Il faut également responsabiliser les garçons.

L'éducation sexuelle des jeunes gens fait-elle si peur que l'on préfère appliquer des pratiques à la limite de la torture (uniquement aux jeunes filles)? Quand il s'agirait parfois de conseils et de dialogues avant tout, on préfère le silence et les usages violents. Certains tabous persistent malheureusement dans les sociétés africaines. Cela laisse(encore une fois) la place grande ouverte à certaines ONG  luttant contre le VIH, et qui, j'en ai parfois été choquée, à renfort de démonstrations sur des phallus en bois montrent à des enfants d'à peine 8 ou de 9 ans comment mettre un préservatif...Est-ce vraiment ce que nous voulons? Ne vaudrait-il pas mieux que les parents parlent directement à leur enfants du sexe et de ces conséquences, et celà à un âge plus avancé? Comment des sévices corporelles pourraient-elles aider à la préservation de la vertue de la femme? C'est avant tout sa santé et son intégrité qu'ils menacent comme le montre ce spot :

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Qui sommes-nous ?/Who we are Plan du site/Sitemap - Partenaires/Partners - Contact 

Tous droits réservés/All risghts reserved - © 2016 www.beaute-ebene.com