La schistosomiase

 La schistosomiase se classe au deuxième rang des parasitoses derrière le paludisme. On la trouve dans les régions tropicales et subtropicales. Elle toucherait aujourd'hui plus de 207 millions de personnes. Les enfants, les agriculteurs et les pêcheurs y sont particulièrement exposés du fait de leur proximité avec l'eau.

Cette maladie endémique se transmet par la peau. En effet, c'est au contact de l'eau infestée par les larves de parasite, libérées par des gastéropodes d'eau douce que l'homme est infecté. Ces larves se développent dans les vaisseaux sanguins, puis adultes pondent leurs oeufs. Ces derniers, pour la plupart, sont expulsés dans l'urine ou dans les selles. Cependant, certains oeufs restent coincés dans les tissus de l'organisme provoquant alors des lésions au niveau des reins, du foie et de la vessie.

répartition géographique de la schistosomiase

 

SYMPTOMES

Cette maladie peut entraîner des douleurs abdominales, de la diarrhée et on observe egalement du sang dans les selles et dans l'urine. La schistosomiase peut provoquer une hypertension dans les vaisseaux sanguins de l'abdomen. A un stade avancé, le cancer de la vessie peut être une des conséquences. Chez la femme, des lésions génitales peuvent apparaître. La stérilité peut être causée par cette maladie chez les hommes. Les enfants particulièrement vulnérables risquent un retard de croissance, une anémie, une diminution des capacités d'apprentissage. Les cas de décès en Afrique subsharienne s'élèveraient à 200 000 par an. 

TRAITEMENT

Le praziquantel est le seul médicament disponible pour toutes les formes de cette maladie. II ne coûte pas cher et est très efficace. Néanmoins, son accès reste très limité. C'est pourquoi la prévention, c'est à dire la lutte contre les gastéropodes reste un élément indispensable pour repousser la schistosomiase. Ainsi, elle entre désormais dans le cadre de lutte contre les maladies tropicales négligées, dirigée par l'OMS. Malheureusement certains comportements comme le déplacement des réfugiés infectés ou encore le développement de l'écotourisme contribuent à transférer les parasites dans des zones où ils n'étaient autrefois pas présents. Il s'agit maintenant de modifier certaines habitudes, comme par exemple recourir à l'assainissement des eaux de manière plus systématique.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Qui sommes-nous ?/Who we are Plan du site/Sitemap - Partenaires/Partners - Contact 

Tous droits réservés/All risghts reserved - © 2016 www.beaute-ebene.com