La teinte lors de l'avancée en âge

Le vieillissement de la peau noire est connu : moins de rides, moins de relâchement cutané, etc… d’une manière générale,  la peau noire a une meilleure tenue lors de l’avancée en âge. Cependant, le sujet noir vieillissant peut voir apparaitre des variations de teintes dans sa carnation, telles des hyper- ou des hypopigmentations, de certaines zones.  

  

Hyperpigmentations

  

  • « Tête noire – corps foncé » : le noir bronze dans les zones corporelles exposées au soleil. Le bronzage de ces zones s’accentue par l’accumulation des années d’expositions. Ainsi, chez certains individus plutôt métissés, le visage est foncé contrastant avec un corps marron clair, avec une ligne de délimitation au cou. Cette dyschromie devient d’autant plus inesthétique que l’individu porte un décolleté. 

 

  • Les cernes sont des hyperpigmentations brunes-noires pour la carnation noire, aux pourtours des yeux. Ils peuvent exister dès l’enfance. Le plus souvent, ils apparaissent et/ou s’accentuent avec en âge. Ce peut être une petite ligne suivant le début du sillon sous la paupière ou l’ensemble de la paupière inférieure ou bien incluant l’ensemble de la zone orbitaire (tout autour de l'oeil). Cela donne un aspect d’yeux de koala. En s’intensifiant avec l’âge  cette zone avance, occupant toute la zone orbitaire et se prolongeant latéralement jusqu’en zone malaire avec un aspect découpé en flammèches. L’ensemble de ces cerne se nomme le «loup-papillon ». Cette dyschromie dépareille l’harmonie du visage et engendre une plainte importante. 

 

  • Le dermatosis papulosis nigrans appelé communément « pointes de chair noire », en aspect moucheté. Elles envahissent le visage puis le décolleté. Ces pointes de chair ne font que grossir, grandir et se multiplier. Si au début, cela donne l’aspect d’éphélides (taches de rousseur) saillante chez le Négroïde, l’évolution engendre un aspect de bronzage derrière une passoire. Cela devient donc très inesthétique comparé à une belle peau de carnation uniforme. 

 

  • Les hyperpigmentations neuro-endocrinniennes ressemblent à un chloasma et se situent plus volontiers en zones malaires (pommettes) et frontales. Elles apparaissent après quarante ans mais sont plus fréquentes à cinquante. Elles débutent par une hyperpigmentation ponctiforme qui s’augmente et surtout s’agrandit, avec l’avancée en âge. Bien que la littérature ne dénonce pas d’évolution carcinomateuse (évolution vers un cancer de la peau), il s’agit surtout d’un état inesthétique patent. 


  

Hypopigmentations

  

  • L’achromie lenticulaire idiopathique (disparition totale de la pigmentation en forme de lentille, de cause inconnue) qui demeure plus fréquent chez le noir ayant beaucoup vécu sous le soleil  intense. La capacité d’absorption du rayonnement solaire par le mélanocyte (cellule qui produit la mélanine) est dépassée. Le mélanocyte meurt et est alors appelé «sun burn cell ». Le mélanocyte ne sécrétant plus de mélanine pour colorer la peau, une zone d’environ un à deux millimètres de diamètre est blanche. Cette zone ne se recolorera plus jamais. La coexistence de plusieurs gros points blancs sur la peau noire induit l’impression d’une personne malade. Le patient interroge souvent s’il perdra partout sa couleur de peau, tel un vitiligo. 
  • Le débronzage de la carnation par des années de vie sous un climat de faible insolation entraîne l’accentuation des dyschromies (nuances de la teinte cutanée) de l’individu noir normal.  

  

Toutes ces pertes de l’uniformité de la carnation négroïde équivalent à une disparition progressive de l’apparence de la jeunesse et révèlent les critères cutanés d’un avancement en âge. A l’extrême, il s’agit d’une perte d’être esthétiquement un Noir ou un Métis apparenté négroïde. 

 

Source : exposé La peau comme révélateur identitaire diachronique ?

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Qui sommes-nous ?/Who we are Plan du site/Sitemap - Partenaires/Partners - Contact 

Tous droits réservés/All risghts reserved - © 2016 www.beaute-ebene.com